Docteur Catherine Amrein



Expert médical en réanimation, antibiothérapie et hygiène

Catherine Amrein est anesthésiste-réanimateur. Sa carrière s’est déroulée à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (APHP), essentiellement en chirurgie cardiaque et vasculaire.

Ses 25 dernières années d’activité ont été consacrées à la transplantation cardiaque et pulmonaire, (réanimation et suivi à moyen et long terme), avec nombreuses publications/communications sur ce sujet et essais thérapeutiques en tant qu’investigateur principal.

Les infections nosocomiales, les bonnes pratiques en antibiothérapie ainsi que l’hygiène et l’asepsie l’ont toujours intéressée. Et elle a fait partie du CLIN (centre de lutte contre les infections nosocomiales) et du Comité du médicament des 2 hôpitaux où elle a exercé.

Parallèlement, la transmission des connaissances étant un de ses buts, elle a dispensé régulièrement des cours en faculté de médecine et dans les écoles d’infirmiers anesthésistes. Sans oublier plusieurs missions prolongées de chirurgie cardiaque et/ou vasculaire en Algérie, en Egypte et au Viet Nam.

Elle s’est engagée dès 1982 au Liban, à Beyrouth avec MDM ou à Jezzine dans la montagne au sud avec les Œuvres Hospitalières de l’Ordre de Malte, dans des conditions plutôt précaires. En 2007 elle effectue 2 missions à Kaboul en réanimation puis en anesthésie pédiatriques au FMIC (French Medical Institute for Children) avec La Chaîne de l’Espoir.

Mais par la suite Catherine est totalement accaparée par la transplantation ! Aussi, parfaitement consciente d’avoir pratiqué une médecine « de luxe » quand certains besoins médicaux de base ne sont pas assurés pour de multiples raisons dans d’autres pays, s’est-elle réinvestie dans la médecine humanitaire, au sein de L’ ONG La Chaîne de l’Espoir :

– Formations en réanimation (générale et post-chirurgie cardiaque), en antibiothérapie et hygiène, au lit du patient (adulte et pédiatrique) mais aussi dans un cadre universitaire, à Kaboul (Afghanistan) ou en Iran ou encore au Cambodge.

– Mise au point de sacs d’urgence pour les soins aux migrants sur l’île de Lesbos

– Et récemment en Irak, près de Mossoul : soutien à l’installation d’un bloc de chirurgie générale , évaluation de sites pouvant accueillir des centres de stabilisation de blessés de guerre, ouverture d’un poste d’urgences médico-chirurgicales.